Section PCF 92000 de Nanterre

Section PCF 92000 de Nanterre
Accueil
 
 
 
 

Le logement social, cas social ou enjeu public ! Relancer l'économie par la construction de logements, pour qui ?

Régulateur des prix, garant de l’accès au logement, émancipateur des populations… Les vertus du logement social et public ont été défendues, mardi, lors d’un débat à Gennevilliers

Il est blême, mon HLM ? Ou s’agit-il plutôt d’une idée moderne ? La question posée en mairie de Gennevilliers se voulait provocatrice : « Le logement social, cas social ou enjeu public ? » Les réponses apportées ont fourni les clés pour comprendre, et défendre, le cercle vertueux du logement social en France. L’Humanité, partenaire du débat organisé par la ville, animait les échanges avec le rédacteur en chef Jean-Emmanuel Ducoin, devant 130 personnes. « J’en ai assez que l’on donne une image dégradée du logement social. C’est injuste et dangereux, démarre le maire PCF Patrice Leclerc. Nous devons reprendre l’offensive idéologique que nous avons perdue. Le logement social assure le droit au logement dans notre pays. Nous n’avons pas à rougir de nos plus de 70 % de HLM à Gennevilliers ! »

Dans une France qui compte 4 millions de mal-logés, Stéphane Peu rappelle que le « HLM, deux à trois fois inférieur au prix du marché, a été un formidable outil de promotion sociale » et qu’il doit le redevenir pleinement. Le président de Plaine Commune Habitat, OPH de neuf villes du Nord parisien, considère que le modèle anglo-saxon, libéral, qui vise à résoudre la crise du logement en laissant les mains libres au marché, est un « désastre qui a déjà fait la preuve de son échec ». « Le logement n’est pas une marchandise, c’est un droit », poursuit José Moury, animateur du collectif logement de l’Anecr. La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann développe que « le logement social est un pilier de notre République, c’est notre patrimoine commun et une question d’intérêt général. Nous avons besoin d’un parc locatif public fort qui garantit l’accès au logement et protège le pouvoir d’achat ».

François Hollande, qui avait promis de doubler l’aide à la pierre – pour au final la diminuer – en a pris pour son grade. « Être locataire HLM est une façon moderne d’habiter. Le vrai régulateur des loyers, c’est la construction sociale. Le parc privé, autrefois vétuste, a été tiré vers le haut par les HLM. Hollande nous dit qu’il va nous en sortir, mais on a envie d’y rester ! » argumente Eddie Jacquemart, président de la CNL. L’unicité des loyers et la pérennité d’un bail HLM ont été défendues. Menacés par la loi Boutin, ces piliers assurent le sens même du HLM à la française. Sur la question du rejet du logement social par les maires et parfois par les populations, Marie-Noëlle Lienemann a été très claire : « Ce n’est pas le HLM qui ghettoïse, c’est le marché ! Le système non régulé amène à la ségrégation sociale. Ce n’est pas le HLM qui est responsable de la pauvreté. Au contraire, le HLM est une réponse. » Une « bonne réponse » souffle un participant dans la salle.

Compte-rendu de l'Humanité du jeudi 22 oxtobre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.