Section PCF 92000 de Nanterre

Section PCF 92000 de Nanterre
Accueil

Les violences faites aux femmes, ça suffit ! 3

le 09 December 2016

Les violences faites aux femmes, ça suffit ! 3

Le samedi 26 novembre, une rencontre organisée par Laureen Genthon a eu lieu à la salle Voltaire, à Nanterre, sur le thème « les femmes prennent la parole » dans le cadre de la journée contre les violences faites aux femmes. Le souhait de Laureen était que des femmes, des élu.e.s et des associations se rencontrent et trouvent ensemble des solutions pour aider les femmes à sortir des situations de violences.

 

Participaient à cette réunion les associations suivantes : les Mamans des Pablo, Femmes Egalités, Femmes solidaires, le CIDFF centre d’information sur les droites des femmes et des familles, l’ASTI de Colombes et nos élues : Nadège Magnon et Laureen Genthon.

 

Dans son introduction, Laureen explique que le silence est mortifère et qu’il est indispensable de parler, de se confier, de mettre les mots sur les violences. Les violences masculines, dans le cadre du mariage, sont la première cause de mortalité des femmes entre 18 et 44 ans. A Nanterre, 131 plaintes pour violences conjugales ont été déposées au commissariat entre janvier et juillet 2016. Mais, il faut savoir qu’une part importante des viols restent dans le silence et ne sont pas dénoncés.

Mail Laureen Genthon lgenthon@hauts-de-seine.fr

 

Puis, les personnes présentes ont présenté leur association et ont échangé sur les problèmes rencontrés.

 

Les Mamans des Pablo ont été amenées à aider des femmes victimes de violences dans le quartier du Parc, comme, par exemple, aller avec elles au commissariat car elles ont peur qu’on leur retire leurs enfants, elles ont honte par rapport à leur famille et reculent une fois arrivées devant la porte. Les maris prennent les femmes et les enfants en otage et c’est très difficile de les sortir de cette spirale de violence.

 Facebook Les Mamans des Pablo

Téléphone : 06-52-01-06-95

Femmes Solidaires combat les violences, quelles qu'elles soient, pour que celles-ci disparaissent : violences conjugales, excision, harcèlement, viol, prostitution… L’association reçoit les femmes dans ses permanences d'accueil, les écoute sans jamais mettre en doute leur parole, les conseille avec l'aide d'une avocate et peut avec ses moyens bénévoles accompagner ces femmes dans leur parcours de combattantes.

Coordonnées : 27 rue Sadi Carnot, 92000 NANTERRE.

Facebook Femmes Solidaires Nanterre

Téléphone : 01.41.20.05.54

 

Femmes Egalités agit dans le monde du travail car pour pouvoir partir, il faut avoir un salaire. Il s’agit d’aider les femmes à entrer dans une lutte collective pour qu’elles prennent confiance en elle, de les aider à avoir des papiers car c’est la femme ayant des papiers et un salaire qui dispose du rapport de force dans la famille. Femmes Solidaires travaille avec la CIMADE qui tient une permanence pour les femmes étrangères.

Site : www.femmes-egalites.org

 

Pour le CIDFF, les droits des femmes ne sont pas effectifs et ne sont pas connus. Avant d’aller au commissariat, il est nécessaire de se tourner vers les associations pour connaître ses droits. Les femmes ont la possibilité de rester chez elle et d’obtenir l’éloignement du mari en obtenant une ordonnance de protection auprès du juge des affaires familiales.

Pour trouver les coordonnées du CIDFF le plus proche : www.infofemmes.com

 

L'ASTI de Colombes, aide les femmes victimes de violences et sans-papiers dans leurs démarches, comme, par exemple, la délivrance ou le renouvellement du titre de séjour pour les femmes étrangères victimes de violences. Le MRAP aussi travaille sur ces problématiques. 

 

Pour Nadège Magnon, plus les femmes auront accès à la connaissance de leurs droits, plus elles sauront se défendre. Une femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups du conjoint. Il ne faut en aucun cas banaliser les actes de violence et la parole et il est absolument nécessaire que des professionnels, dans tous les domaines (police, éducation, santé, services sociaux, logement…) soient formés.

 

A cette occasion, Ernestine Ronai, présidente de l'Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine Saint Denis (93) a livré, dans une vidéo de quelques minutes, un message plein d'espoir pour mettre fin aux violences et construire une société sans violences. Vidéo que vous retrouverez sur https://vimeo.com/193230699 (Ctrl + un clic pour ouvrir le lien).

 

Deux décisions ont été prises : 1 faire signer une pétition pour demander un accueil bienveillant au commissariat avec une cellule d’écoute et du personnel formé ; 2 obtenir auprès de Hauts-de-Seine Habitat, organisme HLM du Conseil départemental, un contingent de logements sociaux pour les femmes victimes de violence. Le tout pour arriver à la création d’un observatoire départemental qui permettra de développer de nouveaux dispositifs.