Section PCF 92000 de Nanterre

Section PCF 92000 de Nanterre
Accueil

Dire stopErdogan

le 29 January 2017

Dire stopErdogan

Intervention de Claire Renklïçai coprésidente du conseil démocratique des organisations kurdes de France et de Michel Laurent dirigeant national de France Kurdistan, lors de l'après-midi de solidrité avec le Kurdistan à l'Agora de Nanterre

La situation actuelle, en Turquie, est extrêmement grave pour toute la classe opposante qui est en train de disparaître. 146 journalistes sont détenus sans chef d’inculpation, 2 députés sont emprisonnés. La situation est aggravée par les pays européens qui ont fait en sorte qu’Erdogan soit encouragé dans ces actes. Il ne tient pas ses promesses envers les réfugiés. 400 000 enfants ne sont pas scolarisés (chiffres de l’UNICEF). Les kurdes représentent 3 à 4 millions d’habitants. C’est très difficile d’avoir des chiffres exacts.

Les Kurdes qui se battent sont l’avenir démocratique de cette région avec un projet démocratique, écologique, laïque et d’égalité sociale. Ce projet de paix allié à des forces progressistes de Turquie et de Syrie prévoit 3 langues officielles (kurde, syrien, arabe), les mêmes droits pour les femmes et les hommes, (une femme dirige un bataillon de 40 000 combattants). Ils proposent une évolution de  la constitution pour aller vers plus de droit pour le peuple kurde vers une régionalisation poussée, une région autonome kurde. Cette solution siérait aux autres peuples. Les solutions politiques existent mais elles sont refusées par Erdogan.

En septembre 2014, Kobane est attaquée par Daesch. Pendant des semaines, la coalition internationale n’est pas intervenue. Des centaines de personnes ont été brûlées vives dans les caves avec des enfants, personne ne l’a dénoncé. Certains des mercenaires étaient des islamistes. Les forces kurdes ont été les seules à arrêter Daesch à Kobane. Quand les occidentaux ont compris la force de la résistance kurde, ils ont commencé à intervenir. La guerre est encouragée par les européens pour s’approprier les richesses naturelles de ces pays (gaz, pétrole, eau). La Turquie refuse que les kurdes participent aux négociations de paix. Erdogan s’appuie sur des forces ultranationalistes et fascistes. La Russie qui a permis de battre Daesch, essaie d’étendre son influence, veut un accord avec la Turquie, l’Iran pour maintenir El Assad et pour satisfaire la demande de la Turquie qui ne veut pas reconnaître les droits des kurdes. L’Europe et les Etats-Unis sont marginalisés dans la région car ils laissent faire. Chacun défend ses propres intérêts.

En 2014, 200 000 kurdes se sont réfugiés en Turquie. La majorité a été prise en charge par les villages kurdes. Les femmes se prostituent, des fillettes sont vendues pour faire vivre leur famille. La Turquie se sert de la menace des réfugiés pour faire peur à l’Europe, elle les surexploite, fait travailler les enfants et en réalité ne s’en occupe pas. L’Europe qui a promis de donner de l’argent, laisse faire, il n’y a pas de contrôle.

L’Europe a demandé aux kurdes de gagner en démocratie, ils l’ont fait et ont gagné des élections.  L’Europe n’a pas soutenu cet effort. Erdogan a répondu par l’assassinat des populations qui avaient voté majoritairement pour l’HDP.

Les britanniques, au sortir de la seconde guerre mondiale, avait promis un état aux 2 peuples Kurdes et palestiniens. Aucun des deux ne l’a.

Dire StopErdogan, c’est faire pression sur le gouvernement français et l’Europe qui doivent eux-mêmes faire pression sur Erdogan. Toutes les personnes qui défendent les valeurs de la vie quotidienne, la liberté doivent dire stopErdogan.