Section PCF 92000 de Nanterre

Section PCF 92000 de Nanterre
Accueil
 
 
 
 

27 mai, journée nationale de la Résistance

INTERVENTION BERNARD MICHAULT

Président ANACR Nanterre

Animateur du collectif Mémoire Résistance/Déportation Nanterre

 

27 mai 2018

 

 

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Maire

Mesdames, Messieurs,

 

Il y a 75 ans aujourd’hui, dans un Paris occupé, quadrillé par l’armée nazie et la Gestapo avec le concours de la police du gouvernement de Vichy présidé par Pétain, les représentants de huit mouvements de Résistance, de six partis politiques résistants et de deux centrales syndicales clandestines  se réunissaient au 48 rue du Four autour de Jean Moulin.

A l’issue de cette réunion allait naître sous la présidence de Jean Moulin, le Conseil National de la Résistance.

En se plaçant sous l’autorité du Conseil National Français, présidé par le général de Gaulle, cette unification des mouvements de Résistance lui permettra de s ’affirmer comme le représentant de la France combattante tant sur le sol national occupé que sur les théâtres d’opération où s’illustraient aux côtés des Alliés les forces françaises libres.

C’était là un évènement de portée considérable puisqu’il coordonnait dans le combat commun contre l’occupant toutes les forces de la Résistance jusque-là dispersées, ouvrant la voie à l’unification de toutes les structures de la Résistance dans les FFI (forces françaises de l’intérieur) et conduirait à l’élaboration du programme du Conseil National de la Résistance.

On ne peut qu’admirer ces hommes qui, au plus fort de la répression nazie, 1943 fut l’année la plus meurtrière pour les forces de la Résistance, se sont unis non seulement pour combattre l’envahisseur et ses idées nauséabondes de racisme, d’antisémitisme et d’oppression mais aussi ont réfléchi à un monde meilleur fait d’humanisme, d’idéaux démocratiques, d’aspiration à la paix universelle et de plus de solidarité entre les hommes, une fois la guerre finie.

C’est ainsi que naquit le programme national de la résistance. Ce programme dont la mise en place à la Libération par le gouvernement présidé par le Général de Gaulle permit de redresser économiquement la France, d’affirmer son indépendance nationale, d’approfondir sa vie démocratique en même temps que des avancées qui forment aujourd’hui encore le socle de notre protection sociale malgré leurs remises en cause régulières et qui s’accentuent.

Ces valeurs pour lesquelles luttèrent les Résistants et cette aspiration dont ils furent porteurs, restent, plus que jamais, d’actualité, 75 ans après l’installation du Conseil National  de la Résistance. Car le monde contemporain connaît toujours la guerre, l’oppression, le racisme, les discriminations et épurations ethniques, les persécutions religieuses, le sous-développement social et culturel de populations entières.

On voit même les héritiers des idéologies criminelles vaincues en 1945 relever la tête et retrouver une audience à la faveur des crises que connaissent nos sociétés et le monde. Dans notre pays, même, la xénophobie contamine nombre de discours politiques.

C’est pour poursuivre le combat et la défense de ses valeurs que notre ami Vincent Pascucci, qui nous a quitté il y a un peu plus d’un an, a toujours milité pour leur nécessaire transmission aux jeunes générations et a toujours porté le devoir de mémoire à son plus haut niveau.

Cette journée du 27 mai, journée nationale de la Résistance, est un moment privilégié de cette mémoire en même temps qu’un hommage à la place de la Résistance dans l’histoire contemporaine de notre pays, un hommage aux Résistantes et Résistants tombés pour la Liberté.

Comme le dit cette phrase d’Eric-Emmanuel Schmitt : « L’homme est fait de choix et de circonstances. Nul ne peut prévoir les circonstances mais chacun est responsable de ses choix » Notre ami Vincent Pascucci a fait, dès son plus jeune âge, en septembre 1940, le choix de la Résistance alors que d’autres entraient dans la collaboration. Puis, tout au long de sa vie il a fait le choix du combat pour un monde meilleur en ayant une absolue confiance dans la jeunesse à qui , tant dans ses mandats d’élu, que dans ses missions de dirigeant sportif ou encore comme passeur de mémoire, il a voulu donner des éléments de réflexions pour que, quelques soient les circonstances, dans les choix que chacun ferait, les valeurs de la Résistance les aident à se déterminer..

Je vous remercie de votre attention.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.